dimanche 12 août 2012

Les illustrations de l'intellivision ou lorsque Keith Robinson engage le peintre Steve Huston.

Aux premiers balbutiements du jeu vidéo, que ce soit en arcade ou avec les premières consoles, les jeux étaient bien loin du photoréalisme actuel. Les graphismes se résumaient à quelques points sur l’écran grimant, tant que faire ce peux, un monde imaginaire et suggéré par la jaquette du titre ou par l’illustration apposée sur la borne.
 

L’esthétique promotionnelle palliait  de cette manière à la pauvreté des jeux eux-mêmes. Aussi, il n’est pas rare que ce soit cette imagerie trompeuse qui subsiste quelques trente ans  plus tard dans l’esprit du joueur possiblement emporté par une boufée de nostalgie à moindre présentation de ces images. Curieusement, ceci dit, si à la  simple évocation d’une jaquette ancienne provoque chez l’ancien joueur une émotion toute légitime les informations qui concernent les illustrateurs -de ce que l’on appellerait, aujourd’hui, les artsworks- sont plus que rares ! Voilà la raison d’être de cet article (premier, j’espère, d’une longue série) sur ce sujet –qui peux être vaste. Parmi les plus emblématiques: les illustrations de  l’intellivision (de Mattel) ; trés ancrées dans les mémoires.
                              (Keith Robinson)

L’illustrateur le plus prolifique, sur cette machine, est incontestablement Keith Robinson ; le responsable marketing de l’époque chez Mattel intellivision ! Aujourd’hui cartooniste -et ayant fait des études de graphismes et d’informatique- il a également programmé quelques titres notamment THIN ICE (dont il a  -évidement- signé la jaquette; ci-dessus.).

Mais si l'artiste est responsable de la quasi-totalité des jaquettes de jeux produits ayant des thématiques  de dessins-animés, il a aussi eu une bonne intuition en engageant un certain Steve Huston pour la série mythique des tout premiers jeux de sports sur intellivision (tennis, bowling, boxe…). Et c'est certainement cette série qui évoque le plus l'intellivision.
 
Devenu célèbre, ce peintre à succès réalisa ainsi, au sortir de ses études, ces premiers travaux pour l’entreprise Mattel.
Son talent à été ensuite utilisé à Hollywood et notamment chez Dreamworks et son travail graphique  - toujours basé sur la décomposition des muscles en mouvement dans le sport- est enseigné à l’université.

(Ci-dessus= Steve Huston en plein cours sur la décomposition des muscles)

Certaines des toiles de l’artiste -mise en vente autour de 5000 à 6000 euros- sont  visibles sur son site.  On peut aussi les voir de plus près dans des lieux prestigieux et en expositions permanentes. On est toutefois bien loin des sommes attribuées à l’époque à l’artiste pour le dessin de nos chers jaquettes de jeux…     

Pour conclure, signalons que d’autres illustrations étaient constituées par de « simple » photographie comme celles de ADAM YURMAN, toujours photographe, et notamment responsable de l’illustration de Slam dunk et visible ci-dessous.
Par ailleurs, chez les éditeurs tiers (en dehors de Mattel)  se sont la plupart du temps leurs graphistes, en interne, qui se chargeait du travail.
Joe KING, alors employé chez INTV Corporation, c'est ainsi occupé d'Hover force.  

Lien vers le site de Steve Huston => http://www.stevehuston.com//

2 commentaires:

  1. J'ai connu les jeux vidéo avec l'Intellivision et comme beaucoup j'ai été marqué par les jaquettes de cette consoles, de cette époque. D'ailleurs un de mes premiers articles sur mon blog je l'ai écris sur ce sujet. Je viens de découvrir ton blog, j'en suis déjà fan, ça me fait penser que je dois renouveler ma blogroll et à coup sûr tu en fera parti sauf si tu y vois une objection

    RépondreSupprimer
  2. Bien sur, pas de soucis ^^
    Et,comment s'appel ton blog ?

    RépondreSupprimer

 
over-blog.com