mercredi 8 juin 2011

retro games (version françoise), le guide essentiel des grands classiques du jeu vidéo.

Retro gamer est un magazine anglais, certainement LA référence en la matière (celle de la presse vidéo ludique ayant trait aux jeux vidéo anciens, à leur histoire, à leur contenu, à leur valeur.). Au début du mois de MAI une version traduite « à la françoise », composé d’une compilation de plusieurs articles regroupés sous l’appellation « retro games, le guide essentiel des grands classiques du jeu vidéo » est sortie dans une confidentialité très surprenante, quasi-totale.


Alors qu’un nouveau magazine est d’ordinaire relayé jusque plus soif (spécialement dans le domaine du jeu vidéo), ce premier numéro, s’est en effet fait très discret. Pire. Un mois est passé maintenant, depuis sa sortie et il n’y a eu aucun « retour » ! La grande majorité des chroniqueurs et autres bloggeurs « spécialisés » plutôt généreux d’habitude pour s’exprimer sur la presse vidéo ludique, n’en n’ont rien dit.

Attendu, (peut être), sur le sujet (et curieux de connaitre votre avis et ceux de quelques intervenants sur ce même blog) je me devais de réagir ! J’avais même prévu, ici et là, plusieurs interviews sur le sujet pour y trouver des convergences, mes interrogations allant, en majorité, vers la fabrication du numéro (la part française/la part traduite) et sur  les implications et conséquences diverses qu’une telle sortie peut engendrer dans le « rétro-cosme ». N’ayant pas eu les témoignages attendus dans leur intégralité j’écarterais donc, pour le moment, mes pistes de réflexions sur le pourquoi de ce silence plus qu’apparent et qui raisonne comme une énigme.


En attendant, permettez-moi de donner mon avis concentré et objectif sur cet ouvrage.

Le sommaire est assez étrange. Tout comme ma première impression. Le menu est ambitieux, le contenu semble assez dense et le traitement diversifié. Toutefois, dans les différentes rubriques des termes génériques sont proposés tels que « Atari St, Méga cd, Game& Watch » et ils reviennent, sans autres distinctions et à plusieurs reprises. Un sommaire plus détaillé aurait été heureux. D’autant que le contenu est des plus alléchants. A l’intérieur, se sera pareil ; le meilleur va, par moment, côtoyer le pire…une mise en page « patchwork » aux illustrations parfois contestables (le dossier Arkanoid, les 10 meilleurs jeux game&watch) et qui contraste avec un contenu parfaitement rédigé, agréable à lire, très détaillé, avec souvent de l’inédit en plus d’un discours mature qui nous éclaire, avec recul, sur l’insuccès de telle machine (Dossier Amiga), la réussite d’un titre culte (Garou : Mark of the wolves) ou bien l’apport d’une société (The Bitmap brothers) dans l’obtention, enfin acquise, d’une reconnaissance envers les (vrais) auteurs de jeux.

Il y a des interviews d’une qualité exceptionnelle pour un premier numéro (Hidéo kojima, Will Wright, Shinji Mikami) et même s’il s’agit d’une compilation (tout ce travail, fait bien avant, en Angleterre, est réchauffé), ça marche ! Je me suis d’ailleurs immédiatement rué sur l’interview consacrée au créateur de Résident evil, j’y ai appris des choses ! Me bouchant tout de même un peu le nez, au passage, dans les vapeurs de suffisance. Dire du mal du gameplay d’un titre aussi fondateur et en « présence-papier » de son auteur interviewé, venant du rédacteur, j’ai trouvé ça moyen ! Grands plus, petit moins, je passe.

Les dossiers sont assez complet, faits d’interviews et de vécu, documentés et passionnant, ils portent sur différents supports (Le Mega cd, L’ Atari St). Parfois les thèmes sont survolés (Les Game & Watch, La Game boy, l’Intellivision) allant, toutefois, à l’essentiel. Le tout est accompagné, pour chacun des hardwares évoqués, d’une sélection de softs (Une dizaine de jeux, jugés ici comme les meilleurs, (passons sur ce point), bien chroniqués et complétés d’une liste de titres dédiés .Une double-page composée d’une mosaïque d’écrans, issus d’une cinquantaine de jeux illustre chacune de ces listes. Un traitement dense donc, par voie rapide (Nolan Bushnell et Atari : quatre pages seulement!), qui prend parfois des airs de compilation historico-ludique, fraiche et jolie mais très rapide ! (Trop ?) C’est en tout cas un idéal pour « débuter » et faire ses gammes en jeux rétro. Le contenu, dans son ensemble, est plus que respectable et fourmilles en anecdotes. On est bien loin des vieux poncifs « copier-coller » qui nous abreuvent généralement dans les traitements à la va-vite.

Des sagas complètes du jeu vidéo sont traitées, aussi et de la sorte. Castevania, Mario kart, Pac man et Space invaders… Leur approche est autant esthétique qu’exhaustive (on appréciera notamment la reprise chronologique, avec l’ensemble des jaquettes des jeux de la série des Shinning force ou encore le bestiaire tout en images, du jeu Castlevania (avec photos, noms, titres des monstres issus de l’intégralité de la série.). Certes, il y n’a que peu de “risques” dans ces premiers choix éditoriaux mais là encore, l’espoir est permit. La présence de certains titres plus audacieux (Boulder dash) et jusque dans leur traitement (Cannon fodder, un excellent article avec l’auteur interviewé), laisse augurer d’une meilleure suite. Il me fallu, en revanche, faire abstraction du coté dirigiste et qui « détient la vérité » dans certains propos (J’apprends, par exemple, dans le dossier consacré à Metal slug que le troisième opus de la saga est loupé, injuste et finalement à éviter, ce, répété plusieurs fois ! Bon désolé, c’est celui que je préfère ^^ ! J’ai du, aussi, fermer les yeux, (à défaut du magazine et dès son commencement!) sur le traitement de la saga Metroid écrite avec les pieds (et à plusieurs, je pense.). Le google translator aura sans doute pris le pouvoir pour remplacer les rédacteurs ; une exception curieuse et qui fait tache! Enfin, ici et là, quelques textes en anglais ont étés oubliés lors de la traduction par l’équipe de rédaction Française. Ce qui, pour un ouvrage à 12,90 euros et à destination, de collectionneurs un peu « à fond » est dommageable !

Fin des critiques. Néanmoins. Pour un numéro 2, plus appréciable, il serait souhaitable, aussi, que les prises de position soient moins irritantes et le point de vue moins collectif ! En effet, aucun des rédacteurs n’est même cité ! (Bitmap Writer inside ^^). Ici, j’ai l’envie de croire que cet aspect, plutôt navrant, est spécifique à la v.f. A en croire 1) d’autres oublis ( ?) dans la mise en page= deux avatars, accompagnés de leur initiales, de rédacteurs anglais (Articles Black Tiger et Sonic2) et de 2) cette récente « yellow-tendance » de la presse vidéo ludique à ne faire qu’une plume avec plusieurs. Attention pour le prochain ! Ne gâcher pas cet or en barres qu’est la franchise retro gamer. Il y a de la place et un public…alors, que diable, prenez votre temps !

mercredi 1 juin 2011

Pour tous les Nestalgiques...punch out!! La bible est là.

Aout 1987, Etats-Unis. Je suis précisément à Cape code, près de Boston. Une station balnéaire plutôt connu, lieu de vacances des Kennedy. Cette semaine à l’affiche, dans ce petit village, Ray Charles est en concert. Pour ma part, je suis chez les « Quekechoseman »! Ma famille d’accueil est plutôt sympa. Ils ont tous un léger strabisme en commun, un embonpoint des plus rassurants et une tendance à boire des bières qui laisse d’emblée bonne impression ! Un autre truc me frappe chez eux, c’est leur programme télé ! Il y a plus de cent chaines. En France, à cette époque, l’on doit en être à 6 et depuis peu encore ! J’apprends, en plus, que l’on peut voir, sur certaines chaines à péage, des films encore présents sur grand écran et pas sortis chez nous ! Vous ajoutez, à 14 ans, une jolie blonde avec laquelle j’aurais un « date » dans les quelques jours qui suivent et vous vous dites que retenir d’autres ?


Une plage superbe et la découverte du surf ? Non, l’eau était très froide en réalité. Le plaisir de parler la langue de Charles Bukowski ? Nan plus, passer trois bières, l’anglais m’échappe, je pense ! Le concert de Ray Charles ? Je l’ai loupé… bref, cet autre truc c’était la Nes ! Accompagnée de Punch out !! Mario bros et Dunk hunt, s’il vous plait ! Je les découvre ici ! Dans ce salon et vue face mer ! PUNCH OUT, quoi ! En France, la console sera dispo, presque simultanément à mon retour de vacances (et 4 ans après le Japon !), Punch out!! sort quelques mois plus tard… je serais alors sur Métal gear (dans sa version MSX2.).



Un souvenir...marquant!

Aujourd'hui, vient de sortir une "bible Nes/Famicom". Elle chronique, entre autre, les 1900 titres sortis ou inédits sur cette console. Une bonne occasion, après l'histoire de Nintendo volume 3, de découvrir et de revivre une profusion de jeux géniaux d'une qualité époustouflante.L'éte sera Nes ou Famicom!

 
over-blog.com