vendredi 15 avril 2011

A l'occasion de la sortie de l'histoire de Nintendo, volume 3 (La Nes/Famicom), ITW de son auteur: Florent Gorges (Omaké books/Pix n Love.).

Florent Gorges est traducteur interprète japonais/français, auteur et historien du jeu vidéo. Il fait partie des rédacteurs fondateurs des magazines Game Muséum et Retro Game et a traduit, en langue française, les biographies de grands noms du jeu vidéo (Gunpei Yokoi, Takahashi Meijin).


Co-fondateur (avec Sébastien Mirc et Marc Pétronille) des éditions Pix n love, que Florent gère pendant 3 ans (je parle des livres, pas des Pix'men !), il fonde, en 2011, sa propre maison d’édition : Omaké Books. http://omakebooks.com/ 

Le 20 Avril, Florent Gorges, va éditer un nouveau livre: tout laisse penser qu'il fera date !

C’est à l’âge de 5 ans que tout a commencé ! En ce 21 Mars de l’année 1984 et dans sa ville natale (Dijon) florent, autour de ses parents, fête son anniversaire. Il reçoit des mains de son frère et de sa sœur deux présents : Un game & Watch (Parachute) et un disque de Chantal Goya (disons un « squeud », pour faire plus hype !). Tout part de là ! De ce disque, fort heureusement pour l’industrie musicale (et puis pour nous, retrogamers), il n’en fera pas grand-chose ! Du game & Watch, en revanche, il en a fait, l’année dernière, un ouvrage de référence (y compris au Japon) et même unique au monde. C’était le volume 2, d’une histoire qu’il nous écrit, depuis maintenant 9 ans : L’histoire de Nintendo. Le premier tome, consacré aux origines de la firme (Cartes à jouer, Jouets) a fait partout (chez les gamers, les journalistes) l’unanimité.

Le 20 Avril, dans quelques jours, sort, le volume 3. Il est consacré à la Nes, console mythique de Nintendo. Le livre est là, en précommande, sur le lien qui suit => http://omakebooks.com/?p=14.
L'été sera Nes ou famicom !


Rencontre avec l’auteur de l'histoire de Nintendo (des trois volumes) : Florent Gorges. Avant-première ! Pour pas dire mieux !

Bonjour Florent, merci, déjà, d’avoir accepté l’invitation !

Je t'en prie! Tout le plaisir est pour moi.

Comment t’es venue l’envie d’écrire l’histoire de Nintendo ? Et la playhistoire, en général ? (D’où vient le terme au fait ?)

J'ai eu l'envie d'écrire sur l'histoire de Nintendo le jour où j'ai découvert que cette firme était bien plus ancienne que les Game & Watch (1980). Je vivais ma première année au Japon, en 1997, et on m'avait expliqué que cette société était déjà centenaire et autrefois célèbre pour ses hanafuda (cartes à jouer traditionnelles japonaises). En revenant en France, j'ai constaté qu'on ne savait quasiment rien de l'histoire de cette société. Intrigué, j'ai donc entrepris des recherches, directement au Japon, pour en savoir plus. Quant au terme "playhistoire", il m'est venu naturellement quand je cherchais à réaliser une pub pour Pix'n love. Les formules du genre "Vous allez enfin étudier la Playhistoire" sont devenues un peu comme des slogans pour la société.

Combien de temps (d’entretiens, de visites, d’écriture) t’a-t-il fallu pour ce volume 3 ? Combien pour les deux autres ?

Impossible de compter! En fait, cela fait maintenant 9 ans que j'ai entrepris les recherches sur l'histoire de Nintendo et ce volume 3 fait partie d'une globalité d'investigations. Quant aux personnes rencontrées, c'est un peu pareil. Pour ce volume, il y a tout de même au moins 15 intervenants et acteurs de cette époque. Deux voyages au Japon, spécifiquement pour ce volume, ont été nécessaires, aussi.

C’est quoi la journée type d’un Florent Gorges qui sort un monstre type « L’histoire de la Nes », tu as les dates de ta « tournée » ^^ ?

Je me lève vers 9h00 le matin et je me couche vers 2h30. C'est ce genre de réponse que tu veux (rires)? Non, plus sérieusement, je traduis beaucoup de mangas car l'édition de livres ne me permet pas encore de vivre en région parisienne. Donc, en matinée, je traduis des mangas pour les éditions Soleil (Zelda, Suikoden, etc.) et l'après-midi, je m'occupe plus spécifiquement de mon travail éditorial. Recoupements d'infos, écriture, mise en page, commercialisation, etc. Mais en gros, sur 24 heures, je dois bien être au moins 14 heures à bosser devant mon PC...


Ton départ de Pix n love, au poste de commandes, est lié à un boulot trop important n’ayant plus traits à l’écriture… Tu as beaucoup de projets avec Omaké books ? Tu en as d’autres avec les « Pix'men » ? Au passage, si tu as une anecdote ou un souvenir (une galère par exemple), un ou deux faits marquant de l’histoire Pix n love…

Tu as l'art de poser 5 questions en 1, toi (rires)! Je commence par quoi? Mon départ de chez Pix? Donc oui, les derniers mois passés à Pix ne me permettaient absolument plus d'écrire et d'avancer dans mes projets éditoriaux. Et j'avais plein d'idées en tête, parfois sans rapport avec le jeu vidéo. Donc je suis parti pour retrouver le temps d'écrire, et mettre en route mes autres projets de livre. L'Anthologie du franponais en est un!  http://omakebooks.com/?p=17


Sinon, des souvenirs chez Pix? J'en ai des millions! Les voyages au Japon, les salons, les premières ventes, les premiers retours, les livraisons, tout ça, tant de bons souvenirs. Je ne garde que les meilleurs, même si notre histoire commune est loin d'être terminée. Nous travaillons toujours main dans la main. La sortie commune de l'Histoire de Nintendo vol.3 en est la meilleure preuve.

Maintenant, mes autres projets? Oui, j'en ai un certain nombre. Et j'en parlerai en temps voulu. Pour l'instant, laisse-moi me reposer un peu, le volume 3 de l'Histoire de Nintendo m'a mis sur les rotules (rires)!

Après Gunpei Yokoi, Takahashi Meijin , des entretiens sont-ils prévus avec d’autres grands noms du jeu vidéo japonais ? As-tu eu l’occasion, par exemple, de rencontrer Yu Suzuki, Shigeru Miyamoto ou Hideo kojima ? En vue de faire un nouveau livre ou pour un Pix ?

Oui, tout à fait. J'ai passé plusieurs jours, l'hiver dernier, du matin jusqu'au soir, avec Yoshihisa Kishimoto, le créateur de Double Dragon, Kunio (renegade), Thunder Blade, Road Blaster, etc. Il a une vie incroyable et il est prévu que je rédige sa biographie officielle. Sinon, oui, j'ai déjà rencontré Miyamoto, Kojima mais pas dans le cadre d'interviews spécifiques pour mon travail en rapport avec le rétro.



Quand tu as le temps, tu joues à quoi sinon !? Tu collectionnes de temps à autre ? (bah oui quoi, on veut savoir ! Y a quoi dans ta ludothèque ? et en hardware, t’as des raretés ?)

Je joue plus aux jeux récents qu'aux jeux rétros. J'adore l'histoire des jeux vidéo mais contrairement à ce que certains pensent de moi, je ne suis absolument pas de ceux qui disent "c'était mieux avant". Au contraire, je trouve que c'est mieux maintenant! Là, je joue sur Xbox 360, quand j'ai le temps... Sinon, oui, je collectionne pas mal. Mais je me focalise sur les vieux jouets Nintendo et les cartouches Game Boy monochromes. J'ai de jolis trucs. Mais mon trésor, c'est sûrement mon "livre d'or", dans lequel j'ai environ une centaine de signatures des gens les plus connus dans le monde du jeu vidéo (Aonuma, Miyamoto, Kojima, Takahashi Meijin, Sakaguchi, Ralph Baer et tant d'autres). Des signatures de Miyamoto, je dois en avoir 4 ou 5, par exemple... (rires)
Quel est ton jeu vidéo préféré (je sais, pas simple !) ? Plusieurs critères possibles = Quel est celui sur lequel tu as passé le plus de temps ? Quel est celui que tu ne pourrais pas abandonner. Et puis le(s) plus insolites que tu connaisses ? Bonus (expert en retrogame) => Lequel t’a le plus surpris en gameplay sur la période récente ?

Clair que c'est pas facile! Allez, je vais te dire Double Dribble sur NES pour le temps passé et Rad Racer (NES) car je prévois de battre le record du monde bientôt. Sinon, j'ai adoré ICO, Onimusha, Ridge Racer 4. Récemment, j'ai beaucoup apprécié Limbo (Xbox 360).

Dans le franponais (ton premier livre chez Omaké books) tu parles des insertions plutôt comique du français dans la culture nippone… je ne sais pas s’il y avait suffisamment de matière pour une rubrique consacré aux jeux et à l’inverse … tu sais avec ces traductions bourrées de fautes comme dans final fight 2 et son aéroport « chailee de gaulle », comme ça est-ce qu’il te vient d’autres exemples (mauvaises traductions, mauvais jeux de mots) d’énormes fautes de jeux traduits ?


Marcus (Retrogame one) à qui j’ai posé cette question c’est souvenu d’un jeu de flipper nommé « Ballistic » sur PS1 où chaque fois le joueur gagnant est gratifié d’un « vous avez Gagen » ! Il te vient un titre en tête ^^?

Il y en a pas mal oui. Dans mon livre, j'en montre plusieurs, comme par exemple "Victoly", "Let's fry to paris!" etc...

Pour finir, deux questions, maintenant traditionnelles, aux anciens de l’aventure Retrogame mag… Quel est ton point de vue quant à l’arrêt de ce magazine?

Hé bien comme beaucoup, j'ai regretté l'arrêt de cette publication. J'ai beaucoup écrit et je me suis beaucoup investi dans cette aventure, dès le numéro hors-série "Game Muséum" (avec la couv en forme de super famicom). Mais en y repensant, c'était pour moi une activité de jeunesse, d'étudiant. J'y écrivais pour le plaisir, car même en dépit de plus de 150 pages rédigées à moi tout seul (en cumulant aussi les articles, dossiers dans Game Fan), je n'ai touché qu'une centaine d'euros (rires). Au bout d'un moment, il faut penser à vivre un peu. Le mag avait des difficultés pour perdurer, en dépit de son succès, et j'ai essayé de convaincre H.Falcon qu'il fallait modifier le concept et passer par une distribution en dehors des kiosques, quitte à faire moins de ventes (mais en évitant les aberrations liées à la presse kiosque). Mais il était très attaché aux systèmes de la presse traditionnelle, pourtant très coûteux et il n'a jamais voulu tenter de s'éloigner du format magazine. Après quelques mois, et surtout parce que le numéro 4 avait pratiquement un an de retard, j'en ai eu assez et je suis parti, comme quasiment toute l'équipe, d'ailleurs. Plus tard, j'ai fondé Pix'n Love avec Marc Pétronille et Sébastien Mirc. D'ailleurs, pour la petite anecdote, H.Falcon a été impliqué au début du projet, avant que le numéro 1 sorte. Mais ça s'est arrêté au stade des discussions car nous n'arrivions pas à lui faire accepter notre concept. Il n'y croyait pas beaucoup et nos chemins se sont définitivement séparés.


Quels sont tes souvenirs de cette expérience ?

J'ai adoré la période durant laquelle j'ai travaillé avec Fabien Vautrin, la véritable "âme" de la belle époque Game Fan. C'est lui qui a eu l'idée du hors-série Game Muséum et il s'est investi corps et âme dans cette aventure. Et ce petit mag est devenu culte, aujourd'hui. Je suis fier d'y avoir participé, avec lui et d'autres talents.

Un message à faire passer ?

Lisez mes livres, c'est un ordre (rires)!

Je te laisse la conclusion ^^

Lisez mes liv... non, pardon, je déconne (quoique)! Pour terminer, je vais essayer de dire un truc intelligent et plein d'espoir. Donc, heu, oui... le "retrogaming", ce n'est pas juste un mouvement de rétrogrades. Dans la communauté, il y a un grand nombre de gens qui investissent leur temps, leur argent pour faire "avancer" la recherche sur l'histoire du jeu vidéo. Rencontrer les pionniers, les questionner, faire de la recherche, de l'investigation, ça prend énormément de temps et coûte beaucoup d'argent. Je nous lance des fleurs mais très sérieusement, Pix'n Love, Omaké Books, nous pouvons être très fiers du chemin parcouru en seulement 4 ans! Je pense qu'on a déjà beaucoup fait avancer le domaine de la recherche sur le jeu vidéo et je peux t'assurer que dans de nombreux pays, les gamers français sont très jalousés! Donc il faut vraiment continuer de nous soutenir et de nous encourager!





 
over-blog.com